17- La Croix des haillons

puerta-santa          En se plaçant près du mur du couvent de «San Paio de Antealtares» et entre les deux Quintanas, Quintana de morts et Quintana de vivants, la Cathédrale nous présente sa Façade l’Est, celle-là de la Porte Sainte, avec la particularité dont seulement depuis ce point, bien que non sans une difficulté, une croix grecque puisse être perçue, au pied de la coupole, celle qui dans d’autres temps constituait le point de fin du pèlerinage de Saint-Jacques.

Catedral,_claustro,_02-38          Originellement cette croix se trouvait dans les environs de l’entrée le nord de la cathédrale romane, la Porte dénommée du Paradis, le lieu principal d’arrivée et accès des pèlerins du Chemin Français, où ils pouvaient s’arranger dans le fons mirábilis du XIIe siècle (actuellement dans le cloître de la cathédrale) et laisser ses vieux vêtements aux pieds de la “Cruz dos Farrapos” qui prend son nom des haillons que là les pèlerins laisseront, comme rite traditionnel de fin du pèlerinage à Saint-Jacques-de-Compostelle avec un acte entre rituel et hygiénique par qui ils brûlaient leurs vêtements anciens et en lambeaux, au pied de cette croix.

 fachadatraseradelacatednh7         Au XVIIe siècle un incendie a motivé la substitution de la façade ancienne romane du nord par l’actuelle façade du XVIIIe siècle, commencée dans un style baroque par Lucas Ferro Caaveiro et achevée en style néoclassique selon des directrices de Ventura Rodríguez. La Croix a été déplacée aux toits de la cathédrale, où aujourd’hui il se dsc00295trouve et il peut être visité, située sur le déambulatoire, au-dessus de la voûte de l’abside la plus immédiate au transept. D’une couleur cruz-corderobleue turquoise délavé pendant tant de siècles en plein air, et de près de deux mètres d’hauteur, il a des bras trapézoïdaux formés de lames en fer et en cuivre, ils confluent de son côté mineur dans un cercle, et incrustée dans un bloc de pierre en forme d’un agneau, un symbole de sacrifice.

images          Dans sa base il y a une construction de pierre en manière d’un four incinérateur où les pèlerins ont continué la tradition de brûler les vêtements qui leur avaient servi durant le pèlerinage comme un renouvellement et une purification et un signe de renoncement à sa vie antérieure et un commencement d’une nouvelle vie. La pierre montre encore des signes de calcination par son usage fréquent antérieur, dont il y a une constance au XVIe siècle mais comme rite très antérieur, avec la donnée documentée de que le Chapitre de la cathédrale fournissait des nouveaux vêtements aux pèlerins. Quelques légendes médiévales affirmaient que celui qui ne pouvait pas passer pour le trou qui existe dans la base de la croix, était dans un péché mortel, très dans un réglage avec d’autres légendes galiciennes relatives à la pierre percée.

peregrinosJuan Dorado

          Non toujours les vêtements étaient brûlés; quand ils procédaient des pèlerins nobles et étaient d’une bonne qualité et réutilisables, il restait dans le pilier ou ils se plaçaient dans quelques fers qui existent par la partie extérieure des grands vitrages de la coupole; ils se gardaient et étaient vendus aux enchères par la suite. Ainsi en année sainte de 1490, il y a une constance documentée dans les fichiers de la cathédrale qui ont produit 51.000 maravédis.

          Mais dans beaucoup d’autres cas, quand les vêtements étaient très abîmés comme résultat du long pèlerinage avec une hygiène faible et trempée des sueurs, des pluies et des saletés, alors le plus hygiénique était de les incinérer, et rien de meilleur que le faire dans ce pilier quadrangulaire de pierre en granit, en réduisant le vestiaire fané et inutilisable des cendres que finalement la pluie fréquente terminait par diluer et par éliminer à travers d’un écoulement existant au fond du pilier-bûcher. Les hauteurs de la cathédrale un lieu idéal résultait pour cela.

          Quand les pèlerins arrivaient à Santiago après son long pèlerinage, le premier qu’ils faisaient il était de saluer et de rendre des honneurs a l’Apôtre avec le rite de l’embrassade, en lui donnant merci pour avoir pu arriver, et ensuite, ils se dirigeaient vers le toit de la Cathédrale, protégés par quelques balustrades, jusqu’à la Croix deux Farrapos où ils réalisaient le rituel du brûlage et la substitution des vêtements qui considéraient par le pèlerinage comme fini.

Lamas Carvajal          Comme José Marie Máiz Togores propose, la croix était pièce indispensable dans l’histoire du Chemin de Santiago comme la colonne qui supportait les guenilles ou les ramendages, ils étaient déjà physiques ou moraux, des pèlerins qui arrivaient à Compostela exténués d’un voyage épuisant, en donnant une protection à ses âmes, en écoutant ses lamentations et en témoignant du changement de la pénitence forcée dans la joie et l’allégresse du pardon. Un fidèle témoin durant des siècles de la conversion que beaucoup d’âmes ont expérimentée, la autrefois emblématique et intime Croix deux Farrapos est restée oubliée dans les toits de la Cathédrale avec l’abandon de cette coutume rituelle. Avec une nostalgie sentie Lamas Carvajal remémore la tradition perdue et remarque a pèlerin qui se fait pas d’illusions “puisque quand tu arriveras là vacillant, personne ne te donnera de nouveaux vêtements au lieu de la vieille que tu portes, parce qu’aujourd’hui cette croix oubliée à personne prête de consolation“.

100_0325          En récupérant il part de sa valeur perdue, aujourd’hui on peut recommencer à visiter la Croix deux Farrapos, bien que la majorité des fois seulement pour être observé par curiosité touristique et humaine par les visiteurs qu’ils réalisent la visite guidée du Palais de Gelmirez et le triforio de la cathédrale depuis lequel il y a un accès direct aux toits de la cathédrale, qui nous permet une vision unique de la Cathédrale et de Compostela, qui était déjà recommandée au XIIe siècle dans le Codex Calixtino.

vista interior (mía)Vista tejados

          Non oubliée par tous la Croix suit attentive aux regards et les sensations des pèlerins bien que déjà sans haillons que racheter et san des pèlerins que protéger. Bien qu’éteint le papier gratifiant de cette croix pour infinité de pèlerins et sans le signifié emblématique de la conclusion qu’il a représentée dans l’histoire du Chemin.

Finisterre          Le brûlage des haillons a constitué un rite si enraciné que l’attachement populaire a reinstauré cette tradition dans le Finisterre avec cette valeur de conclusion du pèlerinage. Le brûlage de vêtements, qui n’était pas jusqu’alors une tradition en face de la mer, trouve une nouvelle situation et arrive à constituer un vrai problème municipal au risque d’un incendie local, une accumulation d’immondices et de dommage 6781579279_bfc0ef1fb8_zà la nature, pour, il n’existe aucun type d’infrastructure préparée à cette fin et l’usage anarchique de ce déplacée tradition. En ignorant l’origine, ces pèlerins reviendront peut-être orgueilleux et parleront de la magie de son rituel où la mer et la terre ont eu sa conjonction. La réalité consiste en ce que, en réinventant une tradition qu’il n’a pas déjà beaucoup sentie, ils ont laissé un tas de les ordures et endommagé un endroit naturel. Les restes de bûchers, de vêtements à un milieu brûler ou directement jetée par les falaises du bout ils donnent une image déplorable d’une zone aussi merveilleuse comme le Finisterre que par sa valeur emblématique tous devons soigner.1012630_137071033158811_598462377_n C’a été nécessaire récemment que dessiner une plate-forme spécifique en granit pour ces usages et d’éviter le dommage à la nature et a accumulé des gaspillages, investis d’une tradition fictive païenne. Ils préfèrent oublier certains ou ignorer la vraie origine de ce rituel et ils lui donnent les valeurs historiques qui n’ont jamais existé mais qui semblent romantiques et attractives.

Pèlerin de Saint-Jacques, toujours se toi qui décide où et comment il termine ton Chemin, ne te permets pas de porter par des courants et des modes, parce que tu peux être un touriste ou un pèlerin devant la mer et à la cathédrale, si tu visites son toits et tu passes près de cette Croix pendant tant d’années apporté consolation au pèlerin, quel que soit ton croyance, ne cesse pas d’apprécier sa fonction emblématique, puisque bien qu’il semble qu’il a été perdu, sa valeur est éternelle.

Cruz dos Farrapos  Fotografía de Xosé Castro

Esta entrada fue publicada en 17- La Croix des haillons, K- TRADUCTION EN FRANÇAIS. Guarda el enlace permanente.

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s