4- Bref chemin

IMG_0006          Une mois de Mai d’il y a quelques années, s’est accompli un sommeil que je veux rappeler: marcher un court tronçon de route avec ma fille Blanca, de 11 ans. À Burgos, ville pèlerine de beaucoup d’histoire, nous trouvons un magasin avec produits du chemin. Papa, dit Blanca, je besoin d’une coquille. Je lui avais promis de donner la mienne, mais elle voulait avoir la sienne. Donc nous sommes allés acheter la coquille Saint-Jacques qu’elle a choisie. Le propriétaire découvert que nous faire une journée de chemin, et sachant que Blanca arborait une attelle pour une scoliose et un plâtre sur son bras gauche, il portait blanche propre comme le son nom, il a dit, il faut donner de la solennité à cette situation, ainsi que comme tu ne portes pas de pélerin distintive, nous allons mettre un timbre à votre plâtre. Siiiiiiii?, Blanca a répondu avec de grands yeux et sourire d’une oreille à l’autre. Et sans hésitation, et en dépit de porter quatre semaines par résistance contre les tentatives amis signe son platrê, elle a mis son bras dans le plâtre, avec détermination, au greffier, et prit avec fierté l’étiquette imprimée qui a lu «Le Pèlerin ».

IMG_0016 - copia

IMG_0010         Tout de suite nous nous déplaçons jusqu’à Hontanas pour marcher les 10 kms qui existent jusqu’à Castrojeriz, assez pour qu’un père et une fille se découvrent, en marchant. Dans l’église locale, nous nous recommandons à la protection du Saint-Apôtre et au saint de la ville, nous nous prenons une photo, nous remplissons notre bouteille d’eau, et voilà que nous commençons la marche, à 11 heures, en parfait état de revue: une casquette bien pénétrée dans la tête, coquille jacquette pendue au cou, un petit sac à dos avec une veste et un manteau de pluie, et surtout une canne qui nous a donné l’oncle Emilio pour cette tâche, et que Blanca a pris dès le départ.

          En quelques minutes de marche nous trouvons une montagne de fumier, qui nous annonce sa présence d’avance avec l’odeur avant qu’avec la vue, et nous oblige, en riant, d’accélérer le rythme. Blanca est très vivante, ne peut pas arrêter de parler, gesticuler, sauter et effrayer quelques abeilles qui semblent hanter…. Je remarque qu’elle est est très nerveux, décentré de l’expérience que nous partageons. Je lui dis: Blanca, à la fin de la route, nous allons écrire un résumé de se rappeler ce jour, écrire toutes les choses que nous voyons, nous entendons, nous sentons, nous percevons… je porte ici un livret et nous allons pointer les choses que nous considérons intéressants. Blanca se concentre, elle cesse d’être agitée, les abeilles ne lui gênent pas déjà… Elle me regarde soupçonneusement et mon dit: papá, écrit comme le première chose, la pile de merde que nous venons d’adopter… (elle rit quand elle voit que je prends notes)… Que plus ma fille?… que je suis très contente…. (je prends notes)… que plus…. oui… regarde… des fleurs… et le champ… qui vert est … et le ciel que bleu… et ce papillon…

          Blanca et moi nous avons syntonisé et ainsi il sera déjà jusqu’au but, dans la même fréquence. Et alors le chemin se convertit pour les deux en expérience partagée à chaque pas, à chaque pierre, à chaque fondrière, à chaque incident. Nous nous rendons compte que le silence est impossible, car il peut être perçu une multitude de bruits qui nous accompagnent. Le tintement de sa coquille frapper sur son corset orthopédique, le vent en mouvant quelques branches, les chants de quelques espèces d’oiseaux, les cri cri aigus des quelques grillons, nos propres pas sur la terre, le bourdonnement d’une abeille que déjà non hanter, le croassement lointain d’un corbeau, l’hu – hu – hu d’un hibou, et sourtout une sensation très intime, protectrice, heureuse, la compagnie mutuelle que les deux nous nous fournissons.

          Nous avons marché le long de la rive droite d’un talweg qui semble parfois plaine entre collines de chaque côté, sous un temps ensoleillé et une brise fraîche qui se combinent parfaitement pour la marche. Nous percevons que notre odorat nous donnait aussi des information, plus abondante dont nous pouvions décrire. L’odeur de terre, d’herbe, d’humidité, de fumier, ce sont les odeurs uniques de ceux que nous osons mettre un nom, mais on sent bien d’autres que nous ne savons pas à nommer.

          Pour animer nos pas, j’invite ma fille blanche à composer une chanson, entre les deux; avec une rapidité inattendue, nous avons improvisé un refrain disant:

Nous sommes des pèlerins

et nous arrivons à pèlerinage

et par ce chemin

nous arriverons jusqu’à la fin

          La route, qui jusque-là était la saleté, Il nous conduit à la route de Castrojeriz, et il devient plus difficile à partir de maintenant, car l’asphalte est plus fatigant pour les pieds. C’était, au moins, une route locale aimable, de peu de largeur et un trafic peu abondant, encadrée à l’un et un autre côté d’arbres touffus qui fournissaient une bonne ombre. Certains cyclistes nous passent. Tout le monde peut le faire, quelle chance!, dit Blanca, en interprétant qu’ils sont des “pèlerins à vélo”, et en connaissant que c’est une manière de faire une trappe au chemin. Je lui explique que c’est une manière légitime d’aller en pèlerinage et qui est plus jolie aller en pèlerinage en marchant, mais que chacun va en pèlerinage comme chacun veut. Elle l’assume en se sentant plus orthodoxe à pied qu’à vélo.

          Nous arrivons aux ruines du couvent de San Antón. Deux de ses arcs vides donnent une protection monumentale au chemin dans l’une symbiose surprenante qui émeut le marcheur. Il est comme si le vieux temple ne voudrait pas abandonner sa fonction de culte, et en acceptant que le fait d’aller en pèlerinage soit aussi une forme de culte, le temple a absorbé au chemin et l’a incorporé à ses viscères pour le protéger et pour se sentir utile. Ce mélange magique dans lequel coexistent harmoniquement le temple, le chemin et le marcheur, constitue un grand moment pour le pèlerin, avec sensation de passage à travers du temps et de l’espace. Blanca, à sa mesure, il fait des réflexions pareilles parce qu’il renforce sa joie et voilà qu’il commence à chanter:

Nous sommes des pèlerins

et nous arrivons à pèlerinage

et par ce chemin

nous arriverons jusqu’à la fin

 

          Après une courbe, Castrojeriz apparaît à vue. Qui n’auront pas été une témoin cette colline et les ruines de son château, comme observateurs perpétuels de ce paysage et de son histoire!. On devine que, comme les ruines de San Antón, cet ensemble forme une unité historique qui naît du chemin et qui au chemin il protège. Un lieu stratégique durant des siècles, apparaît maintenant sur l’horizon comme je réclame du pèlerin, comme le témoin emblématique qui offre à distance son message: tranquille, ami, suit ton chemin qu’ici tu pourras reposer protégé à ton goût!. Blanche et je nous le percevons, et comme cette sensation nous avions déjà senti et partagé d’avance, les deux en même temps nous mettons à ce moment notre timbre :

Nous sommes des pèlerins

et nous arrivons à pèlerinage

et par ce chemin

nous arriverons jusqu’à la fin

 

          Ainsi nous continuons d’avancer, en chantant celles-ci et d’autres chansons, et Castrojeriz nous le remercie en agrandissant ses dimensions à nos yeux et en s’approchant peu à peu de nos pieds, qui commençaient à se plaindre déjà un peu.

          L’entrée dans Castrojeriz vient marquée par un croisière de facture excellente. Il nous rappelle le contenu spirituel qu’un pèlerinage propose, et en suivant sa route, nous entrons dans le peuple de son côté plus pèlerine et rustique, près de la forme emblématique de la Collégiale de la Vierge du Pommier.

          Nous passons près de l’Église de Saint-Domingue, et à Blanca deux têtes de mort attirent attention, travaillées dans la pierre de l’un des murs; sur l’une d’elles il met “Mors”, sur l’autre “Eternitas” qu’ils la font entendre que le Chemin est plein des mystères et détails qui méritent d’être appréciés. La population acquerra un ton plus urbanisé, avec égouts, et apparaissent des commerces, des magasins, et les maisons se voient habitées et soignées. Ainsi nous arrivons à la Place Majeur, et découvrons le bazar de don Amancio, dans lequel nous achetons quelques insignes en forme des coquilles Saint-Jacques.

          Nous continuons de marcher dans la rue Real de Poniente qui nous porte à la église du San Juan. Nous suivons jusqu’à découvrir que Castrogeriz se termine et que si nous suivons nous nous trouverons la pente de Mostelares. Nous avons découvert que Castrojeriz est un ville de distribution curieuse: long, linéaire, courbe et incliné. Long et linéaire parce qu’il surgit sur le Chemin, courbe parce que l’on s’appuie sur la colline sur celle qui se lève, et incliné parce qu’il s’adapte à cette colline historique avec laquelle il se sent inséparablement uni.

          Blanca donne des signaux de fatigue. Il ne chante pas déjà ni sourire. Elle commence à regretter des pieds endoloris et sa respiration est plaintif. Je ne veux pas de fin douloureuse, donc je la rétrécis entre mes bras et je veux la manger à coups de baisers. Nous sommes déjà arrivés ma fille, notre aventure s’est terminée!, et je lui monte sur mes épaules et nous sommes allés trotter à l’endroit où sa mère et sa sœur nous attendent à nouveau avec des sourires et des chansons.

 Nous sommes des pèlerins …

Anuncios
Esta entrada fue publicada en 4- Bref chemin, K- TRADUCTION EN FRANÇAIS. Guarda el enlace permanente.

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s