20- La Pernette se lève

          Image-3-copie-1La Pernette se lève, ou simplement la Pernette, est une chanson traditionnelle française dont la version plus antique est du XVe siècle. D’elle différentes versions existent dans toutes les régions de langues roman.

          La pernette“Pernette”, elle est “une jeune fille”, n’est pas un propre nom de femme, de façon que est une manière générale de désigner les jouvencelles, selon le nom de sa coiffure ou de résille traditionnelle, la “perne”. Il s’agit donc d’un vocable générique non dirigé à une jeune en particulier.

          Santa Isabel de Hungría hilando para los pobres, Marianne Stokes (1855–1927)Comme la “Belle Doette”, une autre chanson française, notre “Pernette” s’assoit à sa fenêtre, dans certaines variantes, avant de s’occuper de sa tâche: filer un fil avec sa quenouille. Sa mère est avec elle, dans la chambre des dames, et le dialogue avec elle fournit l’apparition successive des protagonistes de la chanson.

          ne-pleure-pas-jeanette1petitSon histoire est comme celle-là de la fameuse “non pleure pas Jeanette” qui est une chanson française infantile du XIXe siècle dont l’origine est notre Pernette; ou bien comme “la fille du roi au pied de la tour” qui ne veut pas non plus “un comte, un baron, un monsieur”, mais à “son ami Pierre, qui est pris”.

          Mais la particularité de Pernette, qui la fait si intime à nos coeurs pèlerins, consiste dans que l’amoureuse demande être enterrée avec son amoureux dans le Chemin de Saint Jacques, qui se convertit au lieu de l’union des amants en l’éternité.

 cruz en el Camino de Santiago         Les pèlerins représentent ici les bateliers des âmes des défunts, comme dans la chanson la moins raffinée, plus rustique mais émouvante malgré tout, de “Bouvier”. Là ils représentent la croyance qui compare le pèlerinage jacquet au voyage des âmes vers plus loin. Un proverbe galicien – portugais n’affirme-t-il pas que celui qui ne va pas à Compostelle dans le vie, ira là-bas après sa mort?.

          Une dernière observation, dans une forme à la fois de suggestion et de question : la belle jeune demande que la tombe de son ami (ou que ses deux tombes, dans certaines versions) ils soient couverts des roses, comme évidence de l’amour représenté dans la fleur. En ce qui concerne propre la leur, elle désire que soit ornée par “toutes des fleurs”, ou des “mille fleurs”, dans d’autres versions, ou par “Mille-fleurs” qui est un autre nom du viburno que selon H. Daveson, peut aussi désigner la clématite, et d’autres plantes de la famille du chèvrefeuille qui ont besoin d’un support pour se développer. À la fin de notre chanson, cette évocation florale pourrait alors avoir le même signifié que l’embrassade de la branche de noisetier et du brin de chèvrefeuille dans la lai du Chèvrefeuille de Marie de la France :

« Belle amie, ainsi est de nous, ni vous sans moi, ni moi sans vous ».

annedebret 
 
La Pernette se lève,                                                        
Tra-la la la la la la la la la la la la la,                      
La Pernette se lève                                                            
Trois heures avant le jour. (ter)                                  
 
Elle prend sa quenouillette,                                     
Avec son petit tour.                                                           
 
A chaque fois qu’elle vire,                                           
Pousse un soupir d’amour.                                              
 
Sa mère lui demande,                                                        
« Pernette, qu’avez-vous?                                                 
 
Avez-vous mal de tête,                                                      
Ou bien le mal d’amour?                                                  
 
– N’ai pas le mal de tête,                                                   
Mais bien le mal d’amour.                                               
 
– Ne pleurez pas, Pernette,                                               
Nous vous marierions.                                                      
 
Avec le fils d’un prince,                                                     
Ou celui d’un baron.                                                          
 
– Je ne veux pas d’un prince,                                           
Ni d’un fils de baron.                                                        
 
– Je veux mon ami Pierre,                                                
Qui est dans la prison.                                                      
 
– Tu n’auras pas ton Pierre,                                            
Nous le pendoulerons.                                                     
 
– Si vous pendoulez Pierre,                                             
Pendoulez-moi aussi.                                                       
 
Au chemin de Saint-Jacques,                                          
Enterrez-nous tous deux.                                                
 
Couvrez Pierre de roses,                                                 
Et moi de mille fleurs.                                                       
 
Les pèlerins qui passent,                                                 
Se mettront à genoux.                                                     
 
Diront : ‹ Que Dieu ait l’âme,                                        
Des pauvres amoureux ;                                                 
 
L’un pour l’amour de l’autre,                                         
Ils sont morts tous les deux. ›                                       
Esta entrada fue publicada en 20- La Pernette se lève, K- TRADUCTION EN FRANÇAIS y etiquetada , . Guarda el enlace permanente.

2 respuestas a 20- La Pernette se lève

  1. Marie-Virginie Cambriels dijo:

    Gracias por mencionar el nombre y apellido del autor del articulo ! En ese caso yo misma !
    Merci de mentionner le nom de l’auteur de cet article. En l’occurrence, c’est moi !

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s